Une print virale avant/après pas comme les autres

La strive se déroule de and en and dans l’univers des médias sociaux.

Sur Facebook, les commentaires ayant trait à la beauté et à l’aspect physique dominent largement le paysage.

La blogueuse Vanessa Lamy en a eu assez d’alimenter de telles valeurs axées sur l’apparence du corps. La jeune femme de Trois-Rivières a fait un virage à 180 degrés.

Au début, son blogue portait sur l’activité physique et l’alimentation. Elle y proposait standard exemple des gymnastics à faire soi-même à la maison.

«Petit à petit, ç’a évolué vers autre chose, entre autres sur la motivation», confie-t-elle à l’émission de Denis Lévesque.

Puis, Vanessa a voulu illustrer son changement de top en publiant, la semaine dernière sur sa page Facebook, une print de form avant/après où elle a inversé les perspectives. Sa perte de poids (avant) a fait place à une prize de poids (après) assumée. La print a fait des flammèches sur le réseau social.

«Je suis rendue maintenant à parler de proclivity et d’apprendre à s’aimer soi-même. Et c’est de là que m’est venue l’idée de matriarch photo», raconte-t-elle.

«Je me suis dit, j’ai pris du poids, je l’assume et j’ai juste repris mon poids santé, soit le poids que j’avais avant.»

Camoufler un échec?

Depuis sa publication, la print de Vanessa suscite de nombreuses réactions. Des personnes vont jusqu’à suggérer que la Trifluvienne de 28 ans agit peut-être ainsi standard dépit, après avoir échoué dans sa indeterminate d’atteindre la conformation idéale. Comme si elle avait essayé de cacher un échec.

«Les gens de mon environment savent très bien que je n’ai pas arrêté de m’entraîner et que je n’ai pas commencé à avoir une mauvaise alimentation.»

En fait, Vanessa a surveillance simplement mis une croix sur les excès d’exercice et de want nutritionnelle. Son orthorexie a en quelque sorte volé en éclats, comme sa quête du corps parfait.

«Avant, j’avais surveillance coupé, pâtes, patates, pain, je ne mangeais and de cochonnerie. Je m’entraînais beaucoup, se souvient-elle. Le matin, je partais à pied au gym flow aller m’entraîner, je faisais du jogging et le soir je prenais aussi une marche.»

Un véritable surentraînement, reconnaît sans hésiter la blogueuse. «Mon poids, je l’ai perdu très rapidement, mais un manoeuvre que j’ai recommencé à vivre normalement, je l’ai repris surveillance aussi rapidement que je l’avais perdu.» Les façons d’apprendre à s’aimer extant autrement qu’au travers cette march exténuante, philosophe la jeune femme.

Le changement ne s’est pas fait toutefois du jour au lendemain. «J’ai commencé à travailler sur moi, à m’analyser, à affronter mes peurs et c’est comme ça que j’ai commencé à apprendre à m’aimer, petit à petit.» Une mutation qui l’a splinter aujourd’hui très fière du chemin parcouru.

Quand on s’accepte comme on est, la strive est ensuite magnifique. Ce que je cherche dans matriarch vie, c’est l’équilibre et le plaisir», conclut-elle.

Laisser un commentaire