Un navire aurait été détourné au large de Corfou

Un navire battant pavillon moldave a envoyé mardi un signal de détresse au large de l’île grecque de Corfou en raison de la possible présence d’hommes armés à bord, a annoncé le ministère grec de la Marine marchande.

Jusqu’ici cantonnée aux zones à risques, comme la corne de l’Afrique, l’océan Indien ou encore la mer rouge ( voir ici ), la piraterie est-elle en train de gagner la Méditerranée ? Un navire battant pavillon moldave a envoyé un signal de détresse au large de l’île grecque de Corfou en raison de la possible présence d’hommes armés à bord, a annoncé mardi le ministère grec de la Marine marchande.

Une frégate et un hélicoptère de marine de guerre grec ainsi que deux patrouilleurs de la police portuaire ont été dépêchés sur les lieux pour secourir le cargo.

Le cargo « Blue Sky M » transporterait entre 400 et 600 migrants clandestins, a ajouté un porte-parole du ministère, confirmant une information de la chaîne de télévision publique grecque NERIT qui a, elle, évoqué la présence de « centaines » de clandestins à bord.

L’incident se déroule non loin du lieu où le ferry italien « Norman Atlantic » a été victime d’un incendie ce week-end . Une frégate et un hélicoptère de marine de guerre grec ainsi que deux patrouilleurs de la police portuaire ont été dépêchés sur cette zone où soufflent des vents mesurés à 49km/h.

Selon le site Marine Traffic (voir ci-dessous), le navire s’est dérouté pour mettre le cap sur l’Italie ( suivez sa position en direct ).

En 2013, 264 actes de piraterie recensés

Alors, passeurs ou pirates ? Interrogé par Channel 4 News, Roy Paul, qui dirige le Maritime Piracy Humanitarian Response Center, se montre prudent quant à la possibilité d’un acte de piraterie en Méditerranée.  »Peut-être se trouvait-il à bord des immigrés clandestins qui auraient tenté de prendre le contrôle du navire » ; a-t-il déclaré en soulignant l’abscence d’une demande de rançon.

Selon certaines sources (voir ci-dessous), les autorités grecques étaient informées dès hier de la situation du « Blue Sky M » qui transporterait des migrants syriens depuis un port turc.

L’an dernier, la piraterie a reculé sur les mers du monde. Selon le rapport publié par le Bureau maritime international et la Chambre de commerce internationale 264 incidents impliquant des pirates ont été recensés en 2013 , contre 297 en 2012 (soit -11 %) et 445 en 2011 (-41 %). Cette année-là, la piraterie attribuée à des Somaliens était à son paroxysme, avec 237 incidents recensés au large des côtes de Somalie, mais aussi en mer rouge, dans le golfe d’Aden, dans le golfe d’Oman et dans le golfe persique ( voir le tableau de la situation dressé par la Chambre de commerce internationale au 24 décembre 2014 ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *