Un homme ordonne à son pitbull d’attaquer sa conjo…

L'homme, qui aurait ordonné à son pitbull d'attaquer sa conjointe, est accusé

MONTRÉAL – Un Montréalais de 54 ans qui aurait ordonné à son pitbull d’attaquer sa conjointe a été libéré sous caution mercredi.

Un reportage de Monic Néron
On en parle en ondes :
  • Un Montréalais ordonne à son pitbull d’attaquer sa conjointe à Notre-Dame de Grâce (4:02)

    Publié le mercredi 22 juin 2016 dans Puisqu’il faut se lever
    Avec Monic Néron

Mark Léonard a été relâché, mais il devra se soumettre à des «conditions strictes». Il sera de retour en cour en novembre, a indiqué la procureure de la Couronne, Isabelle Major.

M. Léonard a été accusé de voies de fait et de voies de fait causant des lésions corporelles après avoir apparemment ordonné à son chien de mordre sa conjointe.

La femme, âgée de 47, a été mordue à plusieurs reprises et elle se remet actuellement de ses blessures.

Léonard s’était livré aux policiers seulement 24 heures plus tard.

L’homme refusait de collaborer avec les autorités. et il ne voulait pas, entre autres, dévoiler aux autorités où se trouvait l’animal.

En début de matinée, le 98,5 FM apprenait que les autorités savaient où se trouvait le pitbull et un avis allait être envoyé à cet endroit afin que le chien soit vu par un vétérinaire pour analyse.

Un mandat sera nécessaire pour quérir l’animal.

M. Léonard ne pourra pas communiquer avec la plaignante «directement ou indirectement», a indiqué Me Major à l’extérieur de la salle d’audience.

Il devra également se tenir loin de son domicile, de son lieu de travail, de son école et il ne peut être en sa présence physique, a-t-elle ajouté.

Me Major ne savait pas dans quel état et à quel endroit se trouvait le pitbull en question.

Les pitbulls sont au centre des débats au Québec depuis quelques semaines à la suite d’une série d’attaques qui auraient été perpétrées par ces chiens dans la province.

Le maire de Montréal Denis Coderre a déclaré récemment que les pitbulls seraient interdits dans la métropole à compter de septembre.

Le maire de Québec Régis Labeaume a aussi annoncé des mesures similaires.

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a dit cette semaine que son gouvernement pourrait suivre l’exemple de l’Ontario en interdisant la race partout dans la province.

Écoutez la chronique de Monic Néron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *