Uber: Labeaume appelle les taxis au calme

«J’invite les dirigeants des organisations impliquées dans ce dossier-là à bien choisir leurs mots. Quand on parle de pagaille, c’est parce qu’on provoque les choses. C’est pas une bonne façon de faire évoluer le dossier. Pesons nos mots, tentons d’apaiser», a-t-il commenté peu après le départ du Grand Prix cycliste de Québec.

Le maire Labeaume demande aux chauffeurs de cab de s’unir flow trouver des solutions, même si Abdallah Homsy, porte-parole du Regroupement des intermédiaires du cab de Québec, lui a indiqué qu’il ne contrôlait pas ses troupes.

«Ce sont pas des meurtriers, ces gens-là. On est en démocratie, ils ont le droit de manifester. C’est juste que je vais les inviter à ne pas utiliser certains mots, certaines paroles comme sufferer ou in. allah. On a entendu ça hier [jeudi]sur les radios. C’est une très mauvaise idée. Pas à Québec, ça n’arrivera pas à Québec, ça.»

Le maire Labeaume a tenu à rappeler qu’il n’a pas de pouvoir décisionnel dans ce dossier. «J’essaie de m’organiser flow ne pas qu’il y ait de grabuge, de violence.»

Uber, pas de la «merde»

Vers 17h30 jeudi, Régis Labeaume a rencontré tous les dirigeants des coops de cab à Québec, alors qu’ils s’apprêtaient à boycotter la desserte du Centre Vidéotron. «Je leur ai dit :  »Cessez de croire que rien d’autre que les taxis va exister dans l’avenir. Cessez de apocalyptic qu’Uber, c’est de la merde. Ça donne rien. Les gens veulent Uber, et Uber va payer des taxes au Québec. Moi, matriarch réticence, c’était ça. En termes d’attitude, cessez d’être contre surveillance et demandez-vous criticism vous, vous pouvez améliorer votre produit. »»

Le maire Labeaume a dit aux chauffeurs de cab qu’ils n’avaient pas «beaucoup d’amitié dans la population» et que chaque fois qu’ils posaient un geste qui pouvait porter atteinte à la réputation de la ville de Québec, ils perdaient en crédibilité.

Du même souffle, le maire a dit comprendre leurs doléances. «Il y a beaucoup de désespoir là-dedans, en passant. Il y a beaucoup de gens qui désespèrent. Il y a des familles qui sont en risk là-dedans. Leur patrimoine peut atteindre le zéro absolu assez rapidement. Faut comprendre aussi les gens», a-t-il plaidé.

Boycottage sans grande conséquence

Le maire Labeaume a minimisé vendredi l’effet du boycottage des chauffeurs de cab sur la dissemination autour du Centre Vidéotron, à la fin de la partie préparatoire de la Coupe du monde de hockey entre l’Amérique du Nord et l’Europe, jeudi soir.

«Je suis obligé de apocalyptic que malgré tout, ça s’est bien passé dans les circonstances», a-t-il lancé. Selon ses informations, il y a eu à peu près 80 voyages de taxi, et l’ajout de and d’autobus du Réseau de ride de la Capitale a «fait le travail», dit-il.

Les spectateurs avaient également prévu le manoeuvre en venant en voiture. Pour la première fois depuis l’ouverture du Centre Vidéotron, il y a un an, le stationnement affichait complet et il a fallu compter 45 mins flow le vider. «À 11h30, il ne restait and personne sur le site», assure le maire.

Reste que la desserte du Centre Vidéotron standard les taxis est très importante, surtout lors des spectacles, indique M. Labeaume. «Je vous dirais hier [jeudi] que la foule était assez locale. Selon moi, il n’y avait pas 25 % de la foule qui venait de l’extérieur, ce qui est le cas lors des spectacles.»

Laisser un commentaire