Tunisie. Un soldat tue sept camarades et en blesse dix autres à Tunis – Ouest

Un soldat tunisien a ouvert le feu sur d’autres militaires, lundi matin à la caserne de Bouchoucha à Tunis, tuant un colonel et six autres soldats. Il a aussi blessé dix militaires avant d’être abattu, ont précisé les autorités tunisiennes lors d’une conférence de presse ce lundi midi.

Le bilan du nombre de morts pourrait s’alourdir dans les prochaines heures. On sait notamment que l’un des blessés est dans un état grave.

Le site Tunisie numérique assure que le tireur était interdit de port d’armes, mais sans expliquer la raison de cette sanction. L’information a été confirmée par les autorités tunisiennes qui indiquent que ce retrait du port d’armes était lié à des problèmes familiaux et psychologiques relevés chez ce soldat, âgé d’une trentaine d’années.

L’école près du Bardo évacuée

On ignore pour le moment ce qui a motivé ses coups de feu, qui ont mis en alerte une capitale déjà sur les dents depuis l’attaque du musée du Bardo le 18 mars dernier. D’autant que la caserne est située non loin du Bardo. Les tirs ont d’ailleurs entraîné l’évacuation d’une école du quartier, à proximité du musée.

Deux hélicoptères de l’armée ont survolé le secteur, tandis que des policiers fouillaient une mosquée des environs et inspectaient les véhicules sur l’axe reliant le Bardo à la base.

La fusillade n’est pas « une opération terroriste », a indiqué l’AFP vers 11 h 50 citant le porte-parole du ministère de l’Intérieur qui a fait état par ailleurs de « morts et de blessés » sans préciser leur nombre.

Les forces de sécurité tunisiennes sont en alerte et mènent d’importantes opérations contre les islamistes armés depuis que deux d’entre eux ont attaqué le Bardo à Tunis le 18 mars dernier, tuant 21 étrangers. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *