«Phase critique» pour la libération de Mohamed Fahmy

OTTAWA – Les négociations pour le rapatriement au Canada du producteur télévisuel canado-égyptien Mohammed Fahmy, qui est emprisonné au Caire, ont atteint une «phase critique», a indiqué mardi le ministre des Affaires étrangères, John Baird.

«Nous avons travaillé étroitement avec les niveaux supérieurs du gouvernement égyptien», a précisé le ministre Baird.

La famille de M. Fahmy a indiqué que les autorités égyptiennes leur avaient dit mardi que la requête pour sa libération était dans sa «phase finale».

Mohammed Fahmy, qui est né au Canada, a été arrêté il y a plus d’un an alors qu’il travaillait pour le réseau de télévision Al-Jazeera.

M. Fahmy et deux collègues ont été condamnés pour avoir diffusé de fausses informations et pour avoir été compatissants envers l’organisation terroriste Frères musulmans. Mohammed Fahmy a été condamné à sept ans de prison.

Le procès a été largement critiqué et qualifié de farce. Un autre procès a été ordonné, mais la famille de M. Fahmy espère que ce dernier reviendra au Canada avant les procédures.

«Nous sommes heureux qu’un appel fut accordé», a d’ailleurs précisé le ministre Baird.

Noomane Raboudi, un expert du Moyen-Orient à l’Université d’Ottawa, craint que la double citoyenneté de M. Fahmy nuise à ses chances d’être rapatrié au Canada malgré le décret égyptien permettant l’expulsion d’accusés ou de criminels étrangers.

«Fahmy est aussi Égyptien. Il pourrait ainsi être considéré comme un traitre par les Égyptiens, ce qui pourrait aggraver sa situation», a indiqué M. Raboudi.

«S’il était un journaliste américain, je ne crois pas que nous en serions là aujourd’hui puisque l’Égypte a besoin des États-Unis. Le Canada n’a tout simplement pas cette influence», a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *