Peine de mort : 50% d’exécutions en plus en 2015

Au moins 1634 personnes ont été exécutées en 2015. C’est une hausse de 50% par rapport aux chiffres de 2014, et c’est sans compter les nombreuses exécutions qui ont lieu régulièrement en Chine, où les statistiques sur la peine capitale sont considérées comme secret d’État par l’exécutif mais où des milliers de personnes seraient passées par les armes. Ce chiffre est d’autant plus frappant qu’il est le plus élevé jamais recensé par Amnesty International depuis 1989. Le rapport montre également que des pays n’ayant pas pratiqué d’exécutions depuis un certain nombre d’années l’ont fait en 2015, comme le Tchad où des condamnés ont été exécutés pour la première fois depuis plus de dix ans.

Hors Chine, donc, l’Iran, l’Arabie saoudite et le Pakistan sont à eux seuls responsables de 90% des exécutions en 2015. «L’Arabie saoudite, l’Iran et le Pakistan ont fait exécuter un nombre impressionnant de condamnés à mort, à l’issue bien souvent de procès d’une iniquité flagrante», déplore Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.

En Iran, des mineurs condamnés

158 personnes ont été exécutées en Arabie saoudite, plus de 320 au Pakistan et au moins 977 en Iran. La plupart des condamnés iraniens exécutés avait été déclaré coupable d’infractions à la législation sur les stupéfiants, et au moins quatre personnes étaient mineures au moment des faits. Leur mise à mort a donc été une violation assumée et répétée des droits de l’Homme. Au moins 73 condamnés de ce type auraient été exécutés entre 2005 et 2015. Une fille peut être condamnée dès l’âge de 9 ans, contre 15 ans pour un garçon. D’après les Nations unies, plus de 160 personnes mineures au moment des faits qu’on leur reproche se trouvent actuellement dans le quartier des condamnés à mort. On peut raisonnablement penser que ce chiffre est largement en dessous de la réalité quand l’on sait l’opacité du système judiciaire iranien en matière de peine de mort.

Cependant, l’année 2015 marque un tournant important: les pays usant de la peine capitale se retrouvent en minorité après que la République du Congo, Madagascar, le Suriname et la Mongolie ont décidé de l’abolir pleinement. Ils mènent à 102 le nombre de pays abolitionnistes, et renforcent en creux la pression sur des pays comme les États-Unis ou encore le Japon, appliquant encore régulièrement la peine capitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *