Manifestations à Sherbrooke contre les coupes dans les CPE – ICI.Radio

Une manifestation contre les compressions de 120 millions de dollars du gouvernement du Québec dans le réseau des CPE.Une manifestation contre les compressions de 120 millions de dollars du gouvernement du Québec dans le réseau des CPE. (archives)
 Photo :  Radio-Canada

Des rassemblements pour dénoncer les coupes de 120 millions de dollars dans les services de garde subventionnés se tiendront dimanche dans 18 villes du Québec, dont à Sherbrooke. 

Organisées par l’Association québécoise des centres de la petite enfance, le plus important regroupement de CPE, les manifestations sont aussi appuyées par le Parti québécois et Québec solidaire.

Ce mouvement de solidarité vise à faire reculer le gouvernement Couillard. La directrice générale du Regroupement des CPE des Cantons de l’Est, Lucie Therriault, indique que les coupes annoncées auront beaucoup de conséquences pour les 47 CPE de l’Estrie qui sont regroupés dans 69 installations.

« Si on pense à un CPE de 80 places, ça peut aller jusqu’à 85 000 $ de moins dans son budget, soit 12% du budget. Donc, c’est clair que ça a des impacts sur les ressources. On va être obligé de couper des heures éducatrices. Ça peut aller à des coupes en cuisine aussi, réduire de 7 à 14 heures de temps par semaine pour la cuisinière. Ça peut aussi vouloir dire de couper sur l’entretien ménager. Tout ça a des impacts pour les enfants », indique Mme Therriault. 

À Montréal

Dans la région de Montréal, le président de l’Association québécoise des centres de la petite enfance, Louis Sénécal, soutient que les compressions menacent entre 2000 et 2500 emplois.

M. Sénécal estime que le gouvernement a fait un choix politique qui ne tient plus, étant donné que les finances publiques se sont améliorées, Québec prévoyant désormais des surplus.

L’Association souligne d’autre part que les nouveaux tarifs modulés selon le revenu iront chercher 170 millions $ de plus chez les parents.

D’autres moyens de pression sont prévus par l’Association, dont la fermeture d’établissements, soit pour quelques heures ou des journées complètes, à compter du mois de mars.

L’Association a rencontré le nouveau ministre de la Famille, Sébastien Proulx, jeudi, et dit avoir noté une ouverture à la négociation, bien que le ministre ait réitéré son objectif de réduction de financement de 120 millions $.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *