L’UPAC débarque à Saguenay

Vers 7h30, les policiers se sont présentés à l’hôtel de ville et ont demandé au personnel en place de quitter les lieux. Seuls le directeur général, Jean-François Boivin, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, le directeur des communications, Jeannot Allard, et les membres du Conseil du trésor ont été autorisés à demeurer sur place. Les autres étaient invités à retourner à la maison.

Du côté de Promotion Saguenay, des policiers ont été placés aux deux entrées pour empêcher le personnel et les touristes d’entrer. Pendant toute la journée, un certain va-et-vient a été constaté sur les étages de l’immeuble. Vers 10h, un enquêteur est ressorti avec deux attachés-cases et est revenu dans l’immeuble vers 10h55.

Du côté de l’hôtel de ville, deux policiers sont ressortis vers 12h25 avec deux contenants de cartons qu’ils ont déposés dans le coffre de leur voiture. Un policier a informé les membres des médias présents que le travail se poursuivait aux deux lieux de perquisition pendant une bonne partie de la journée.

Du côté de l’UPAC, la porte-parole Anne-Frédérick Laurence a confirmé qu’il y avait eu saisie de documents et autres matériels, mais a refusé de dévoiler ce que recherchaient exactement les policiers sur place, ajoutant que les preuves recueillies feraient l’objet d’une analyse subséquente. Mme Laurence a ajouté que le travail de perquisition pouvait faire suite à des plaintes déposées par des citoyens ou par des enquêtes menées de façon autonome. «Lorsque nous nous présentons sur des sites de perquisitions, il y a déjà du travail de fait. Nous avons déjà vérifié certaines choses au préalable et nous avons des raisons de croire qu’il faut poursuivre», mentionne-t-elle.

Office municipal d’habitation

Les policiers de l’UPAC n’en sont pas à leur première visite au sein d’un organisme municipal ou paramunicipal de Saguenay. Au printemps 2015, les bureaux de l’Office municipal d’habitation ont fait l’objet d’une visite à la suite d’allégations d’irrégularités dans le processus d’octroi de contrats.

En novembre 2015, une nouvelle perquisition impliquant la saisie d’une imposante quantité de documents a été effectuée auprès du même organisme.

Voyages

Même si le maire Jean Tremblay a déclaré publiquement que la perquisition pouvait être liée aux voyages internationaux effectués par les conseillers Bernard Noël et Fabien Hovington, il n’en demeure que Promotion Saguenay et la Ville ont fait l’objet de deux rapports critiques de la part du Service de la vérification et des affaires juridiques du ministère des Affaires municipales concernant l’attribution de contrats de janvier 2011 à décembre 2012. 

On pouvait y lire que Promotion Saguenay a agi dans des champs de compétence qui ne pouvaient lui être délégués par la Ville, qu’elle a fait la vente et l’échange d’immeubles industriels dans les mêmes conditions, que des contrats ont été accordés sans avoir été précédés d’une invitation écrite de fournisseurs et qu’elle est venue en aide à un établissement commercial en lui louant deux espaces pour 1$ par année chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *