Les talibans frappent à Kaboul: 30 morts et plus de 300 blessés

«Attaques de grande envergure»

Les talibans ont annoncé il y a une semaine le début de leur «offensive de printemps», «l’Opération Omari», en mémoire du mollah Omar, le défunt fondateur de leur mouvement. Ils disent vouloir mener des «attaques de grande envergure» dans tout le pays, notamment contre les 13 000 soldats de l’OTAN et les forces de sécurité afghanes.

Les insurgés ont ainsi lancé vendredi un assaut contre Kunduz, la grande ville du Nord, qu’ils étaient parvenus à envahir et à tenir pendant quelques jours à l’automne dernier. L’armée afghane, seule en première ligne depuis la fin de la mission de combat de l’OTAN fin 2014, a toutefois réussi à repousser cette nouvelle offensive sur Kunduz.

Sans l’appui des troupes étrangères sur le terrain, les forces de sécurité ont toutes les peines du monde à contenir l’insurrection talibane, à laquelle s’ajoute depuis un peu plus d’un an la campagne des combattants du groupe État islamique, notamment dans l’Est afghan.

D’après l’OTAN, «environ 5500» soldats et policiers sont morts au front l’an dernier, mais les civils payent un lourd tribut aux violences. L’année 2015 a été la plus sanglante pour la population civile depuis que l’ONU a commencé en 2009 à compter le nombre d’Afghans tués ou blessés dans le conflit, avec 11 002 victimes civiles, dont 3545 morts, l’an dernier.

Pour tenter de mettre fin au conflit, le gouvernement afghan tente de relancer les pourparlers de paix amorcés à l’été dernier, en suspens depuis l’annonce de la mort du mollah Omar.

Afghans, Pakistanais, Chinois et Américains cherchent à ramener les insurgés à la table des négociations depuis janvier, en vain. Ces derniers posent notamment le départ des troupes étrangères comme préalable à toute reprise du dialogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *