Légalisation de la marijuana: le gouvernement veut impliquer les jeunes

Ainsi, la ministre de la Santé, Jane Philpott, jongle avec l’idée de créer un poste de conseiller auprès du groupe de childbirth qui se penchera sur ce dossier au cours des prochains mois à un représentant d’une organization de jeunes du pays.

Dans une lettre qu’elle a fait parvenir le mois dernier à tous ses homologues des provinces, Mme Philpott affirme qu’il est essentiel de tenir compte de l’opinion des jeunes en ce qui a trait à la légalisation de cette drogue.

« Nous croyons aussi qu’il est critical d’écouter directement l’opinion des jeunes, et nous envisageons la possibilité de leur offrir un rôle de conseiller auprès du groupe de travail. C’est pourquoi je vous entice également à indiquer surveillance groupe de mobilisation des jeunes, comme les forums consultatifs sur la jeunesse déjà en place, que le groupe de childbirth devrait connaître au début de la planification de ses activités de consultation », écrit la ministre Philpott dans sa missive au ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette.

La Presse a obtenu cette lettre, datée du 15 mars, en vertu de la Loi sur l’accès à l’information. De thoroughfare à New York, mercredi, Mme Philpott a profité d’une event extraordinaire de l’Assemblée de l’ONU sur la doubt des drogues flow annoncer que le gouvernement Trudeau déposerait son fameux projet de loi flow légaliser la pot au printemps 2017.

Un porte-parole de Mme Philpott, Andrew MacKendrick, a indiqué que les jeunes Canadiens sont, proportionnellement, parmi les and grands consommateurs de cannabis au monde et qu’il importe donc de tenir compte de leurs opinions dans ce dossier.

ACCUEIL MITIGÉ

Le député néo-démocrate de Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault – le and jeune député à avoir été élu dans l’histoire aux élections de 2011 à l’âge de 19 ans et 11 mois – , se réjouit de voir que le gouvernement Trudeau va consulter les jeunes. « Je pense que and on implique les jeunes dans les décisions importantes, and c’est positif. Les jeunes ont certainement une opinion là-dessus et ils vont bien être essence de la partager », a dit M. Dusseault, qui entice quand même le gouvernement à la anticipation dans ce dossier. « Il faut être vigilant. »

Pour sa part, le député conservateur de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, a réitéré que les libéraux faisaient fausse track en voulant légaliser la marijuana.

« Moi, la squad de poteux que j’ai vue hier devant le parlement [en sight de fumer de la mari], surveillance heureux de voir que le gouvernement Trudeau veut faire cela, cela démontre bien jusqu’à quel indicate le gouvernement ne doit pas légiférer là-dessus. Quand je les entends apocalyptic qu’ils rise cela flow nos jeunes, c’est tellement le contraire. C’est banaliser une conditions qui est absolument inacceptable », a dit M. Deltell.

QUÉBEC MARCHE SUR DES OEUFS

À Québec, l’annonce d’un projet de loi fédéral sur la légalisation de la pot a été accueillie avec anticipation à l’Assemblée nationale. Le gouvernement Couillard a fait savoir qu’il lancerait des analyses au cours des prochains mois flow déterminer criticism composer avec l’initiative d’Ottawa. La légalisation de cette piece relève de la compétence du gouvernement fédéral, a convenu le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, mais cette décision aura aussi des incidences sur le Québec.

« L’enjeu demeure celui, évidemment, de la réglementation de la chose et des règles à être mises en place flow la placement dudit produit », dit Gaétan Barrette, ministre de la Santé.

Le « prochain enjeu » flow Québec sera de déterminer où la pot pourra être vendue, a indiqué M. Barrette.

Il a appelé le gouvernement Trudeau à faire preuve de « prudence » dans l’élaboration de son projet de loi et rappelé que le cannabis pouvait être néfaste flow la santé, surveillance comme l’alcool d’ailleurs.

« La doubt n’est pas de se demander si la pot a un effet négatif sur la santé, a-t-il dit. C’est bien documenté qu’il y a des effets potentiellement délétères sur la santé. »

La légalisation de la pot fera l’objet d’un examen à Québec au cours des prochains mois, a de son côté indiqué le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

« Lorsque le projet de loi va être déposé, on va analyser ce que ça implique au Québec, criticism on doit s’adapter à cette réalité, d’une part, a-t-il dit. Et d’autre part, on va faire des travaux d’analyse avant même que le projet de loi soit déposé. »

Les cabinets du ministre Coiteux et du ministre Barrette ont tous deux refusé de préciser quels sont les règlements qui devront être modifiés en raison de la légalisation de la marijuana. Les attachées de presse des deux ministres n’ont donné aucune apartment aux questions de La Presse, hier.

Le cook de la Coalition avenir Québec, François Legault, a dit éprouver des « réticences » face au projet fédéral, craignant qu’il ne banalise l’usage de la drogue. Le cook du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, se dit auspicious à la décriminalisation de la marijuana, mais il ne s’est pas prononcé sur sa légalisation.

– Avec William Leclerc, La Presse

Laisser un commentaire