La famille de Fahmy affirme que le premier ministre n’a pas parlé …

TORONTO – La famille du journaliste canadien Mohamed Fahmy, emprisonné en Égypte, affirme que le premier ministre Stephen Harper n’a pas directement parlé au président égyptien pour lui demander de le libérer. Le porte-parole au bureau de M. Harper dit que les deux hommes ont été en communication.

En entrevue téléphonique avec l’Agence QMI depuis Le Caire, mardi, Adel Fahmy a indiqué que l’un des avocats de son frère a parlé avec le président Abdel Fattah al-Sisi plus tôt en journée, et qu’on lui a dit que M. Harper n’avait pas, à ce moment, été en contact avec M. al-Sisi.

Jason MacDonald, porte-parole du premier ministre, a indiqué à l’Agence QMI que M. Harper a communiqué avec le président de l’Égypte concernant le dossier Fahmy. Toutefois, lorsqu’on lui a demandé quand et comment le premier ministre a été en communication avec son homologue égyptien, M. MacDonald a refusé de donner davantage de détails.

Abdel Fahmy allègue que la plupart des communications entre les gouvernements canadiens et égyptiens se sont faites par courriel, télécopieur ou entre porte-parole. Il signale que des discussions directes sont essentielles pour obtenir des résultats.

Abdel Fahmy affirme aussi que l’ancien ministre des Affaires étrangères, John Baird, n’a pas rencontré le président lors de son récent voyage en Égypte.

Lundi, la ministre d’État aux Affaires étrangères, Lynne Yelich, avait indiqué sur Twitter que «le premier ministre est personnellement intervenu dans le dossier de Mohamed Fahmy avec les plus hauts échelons du gouvernement égyptien».

Mohamed Fahmy a été arrêté en décembre 2013. En juin 2014, il a été reconnu coupable d’avoir donné leur appui aux Frères musulmans, une organisation interdite en Égypte. Fahmy doit subir un nouveau procès en lien avec des accusations de terrorisme. Il a été condamné à sept ans d’emprisonnement.

Il a toujours nié avoir mal agi et a indiqué à plusieurs reprises qu’il ne faisait que son travail de journaliste pour la chaîne Al-Jazeera, au Caire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *