Guy Lafleur poursuit le SPVM – Radio

L’audition de la poursuite intentée par l’ancien hockeyeur Guy Lafleur contre le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et le procureur général du Québec a débuté ce matin en Cour supérieure.

L’ancien joueur des Canadiens réclame plusieurs milliers de dollars en dommages. Il estime que le mandat d’arrestation lancé contre lui en 2008 était exagéré et injustifié.

La cause est entendue par le juge André Wery au palais de justice de Montréal. À moins d’un revirement, les audiences pourraient durer jusqu’à trois semaines. Guy Lafleur est représenté par Me Jacques Jeansonne.

Lafleur coupable de témoignages contradictoires, puis acquitté

La Couronne avait accusé l’ex-vedette du Canadien de Montréal d’avoir livré un témoignage contradictoire dans le but de tromper la Cour lors de la comparution en 2007 de son fils Mark, qui était notamment accusé d’agression sexuelle et de voies de fait sur une mineure. Guy Lafleur s’était présenté aux policiers à la suite du mandat le concernant.

En 2009, la Cour du Québec l’avait reconnu coupable d’avoir volontairement induit le tribunal en erreur et lui avait imposé une condamnation avec sursis d’un an, en plus d’un don de 10 000 $ à un centre de lutte contre la toxicomanie ainsi que d’une amende de 100 $.

Puis en 2010, la Cour d’appel du Québec l’a finalement acquitté de l’accusation d’avoir livré des témoignages contradictoires.

Lors de son témoignage à l’enquête sur remise en liberté de Mark Lafleur en 2007, Guy Lafleur avait omis de déclarer que son fils avait passé la nuit à l’hôtel avec sa copine lors d’une sortie autorisée par le centre de désintoxication où il séjournait.

Par la suite, il avait admis qu’il était allé reconduire son fils dans un hôtel de Pointe-Claire afin qu’il puisse passer des moments intimes avec sa copine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *