Gab Roy inscrit au registre des délinquants sexuels

L’ex-blogueur Gab Roy a écopé de 18 mois de prison vendredi pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure. Il sera aussi inscrit au registre des délinquants sexuels pour le reste de sa vie.

Gabriel Roy a pris le chemin de la prison au terme de sa comparution au palais de justice de Montréal, après avoir plaidé coupable à des accusations de contacts sexuels et de leurre envers une mineure.

Le blogueur déchu de 34 ans, père de deux enfants, a reconnu‎ avoir eu des relations sexuelles avec une ado d’à peine 15 ans à Mascouche et Terrebonne en 2010. Cette dernière l’avait dénoncé, et Roy avait été arrêté peu après.

«Elle était sous l’influence du charisme de M. Roy, elle le voyait comme une vedette, il a abusé de sa confiance», a expliqué Me Roxanne Laporte de la Couronne. «Il a profité de la situation à l’apogée de sa popularité.»

«Il est passé du statut de vedette à pas grand-chose», a poursuivi l’avocate de Roy, Me Diane Chartier. «Ce n’est pas un prédateur.»

Roy avait pour sa part dit regretter ses gestes dans une vidéo placée sur internet.

«J’éprouve énormément de remords et de regrets», avait dit l’accusé en fumant un cigare dans une vidéo mise en ligne il y a quelques jours.

La victime, de son côté, a écrit une lettre à ‎la juge Sylvie Durand de la Cour du Québec.

«À 15 ans j’étais très vulnérable. Je me suis sentie sale, trahie», a-t-elle écrit.

Elle a aussi déploré avoir reçu des messages haineux de fans de Roy après le dépôt des accusations.

«Je ne méritais pas ce fardeau», a-t-elle poursuivi.

Lettre de la victime

La jeune victime de Gabriel Roy a écrit une lettre qui a été lue par la procureure Me Roxanne Laporte. En voici la transcription.

«À qui de droit,

Suite à l’accusation portée contre l’accusé Gab Roy, je tenais à me faire entendre en faisant part des conséquences que j’ai dans ma vie quotidienne.

Ça m’aura pris quatre ans avant d’en parler. À mes 15 ans, j’étais très vulnérable, je n’avais jamais eu de rapports sexuels de cette façon. Je me suis sentie sale, je me suis sentie utilisée, trahie dans un certain sens.

Par après, j’ai eu une phase pendant laquelle j’étais hypersexualisée, et ce malgré que je n’étais pas capable d’avoir de relation sexuelle à jeun. J’avais toujours des images dans ma tête qui repassaient en boucle.

Encore aujourd’hui, il y a des fois où c’est plus difficile que d’autres, des fois où je ne me sens pas à l’aise avec un homme, que ce soit avec mon chum, mon père, mon oncle ou même un intervenant quelconque. C’est toujours difficile pour moi, j’ai l’impression que mes cartes sont mêlées.

À un certain moment j’ai aussi douté de mon orientation sexuelle, je ne comprenais pas les conséquences que je commence à comprendre aujourd’hui.

Il y a 82 pages de conversations avec mon nom et ma photo qui ont été publiées sur internet. Ç’a été très dur pour moi de recevoir des messages haineux de la part des fans que j’ai reçu en tant que victime.

Je ne suis pas parfaite, c’est vrai, j’avais beaucoup de problèmes à ce moment dans ma vie, mais en aucun cas je ne méritais d’avoir ce lourd fardeau à porter sur mes épaules.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *