Erdogan porte plainte contre un nouvel humoriste allemand – Ouest

Le feuilleton opposant le président de la République turc aux humoristes allemands ne manque pas de rebondissements.

À cause d’un nouveau poème satirique, Recep Tayyip Erdogan vient de porter plainte en Allemagne et le gouvernement turc évoque un « crime contre l’humanité ».

Un drapeau turc qui flotte en arrière-plan, un portrait du président Erdogan accroché sur le mur, l’humoriste Jan Böhmermann savait très bien ce qu’il s’apprêtait à faire ce 31 mars dans l’émission « Neo Magazin Royale » sur la télévision publique allemande. Il l’annonce même en introduction « Ce qui va suivre est interdit en Allemagne. Cela ne se fait pas ». Ce qui suit est un poème satirique moquant Recep Tayyip Erdogan en particulier et jouant sur les clichés sur les Turcs en général. Il est question de pédophilie, de zoophilie, de complexe d’infériorité mais aussi de répression envers les Kurdes.

Cette tirade du célèbre humoriste Jan Böhmermann se déroulait dans un contexte bien particulier puisqu’un premier épisode avait opposé en mars une autre émission publique allemande « Extra 3 » au président turc. Après ce premier clip satirique et moqueur intitulé « Erdowie, Erdowo, Erdogan », l’ambassadeur allemand en Turquie avait été convoqué pour fournir des explications et s’était vu demander de stopper la diffusion de la vidéo. Le début de ce très large débat sur la liberté de la presse, en Allemagne et en Turquie, a donc inspiré Jan Böhnermann pour ce nouvel épisode. Celui-ci voulait passer au niveau supérieur pour alimenter le débat sur la liberté de la presse.

Angela Merkel défend la liberté de créationCe coup aura réussi puisque le débat, pourtant déjà tendu après le premier épisode, s’est encore amplifié. Contrairement au premier clip, la chaîne publique allemande ZDF a cette fois décidé de supprimer la vidéo de Jan Böhmermann de sa médiathèque et de Youtube. « Nous sommes connus pour avoir des formats satiriques osés et nos acteurs ont une grande marge de manœuvre, a ainsi déclaré Norbert Himmler, le directeur des programmes de ZDF, mais il y a aussi des limites à l’ironie et à la satire. Dans le cas actuel, elles ont été largement dépassées ».

L’affaire est devenue rapidement diplomatique et le parquet général de Mayence (où se trouve le siège de ZDF) a confirmé qu’une plainte avait été déposée par le président turc contre l’humoriste allemand. Selon le ministre-président adjoint turc, Numan Kurtulmus, ce poème est une insulte non seulement envers Erdogan mais aussi contre les 78 millions de Turcs et constitue un « grave crime contre l’humanité ». Numan Kurtulmus précise cependant ne vouloir « aucunement faire pression politiquement » sur l’Allemagne.

Le gouvernement allemand et la chancelière Angela Merkel se retrouvent pourtant dans une position diplomatique très délicate au moment où la Turquie est un interlocuteur incontournable pour les négociations sur les réponses à apporter à la crise des migrants. Le gouvernement allemand doit en parallèle de la première plainte, répondre au gouvernement turc qui souhaite ouvrir une seconde procédure pour insulte à un chef d’État étranger. Plus discrètement que lors du premier épisode, la chancelière allemande a cependant rappelé que « les valeurs de liberté d’opinion et d’expression concernent tous les sujets politiques ». Thomas Oppermann, président du groupe parlementaire social-démocrate, se montre plus direct : « On ne peut jamais faire chanter le gouvernement allemand ».Rappelant qu’au même moment « Monsieur Erdogan bafoue chez lui la liberté de la presse, la liberté d’opinion et la liberté des artistes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *