Droit de parole des ministres limité

Le premier ministre Couillard a indiqué que cette mesure a été mise en place pour s’assurer que les ministres aient «les faits réels» en main avant de répondre aux questions.

«C’est normal que les gens connaissent les faits, comprennent les faits, avant de répondre à des questions sur des sujets d’actualité. Je pense que c’est le minimum requis, c’est un gouvernement, là! », a-t-il lancé.

M. Couillard a défendu cette décision en rappelant aux journalistes, surpris par cette annonce, que son gouvernement était transparent.

«Je pense qu’il n’y a jamais eu un premier ministre et un chef de parti aussi ouvert que moi», a-t-il dit, en promettant qu’il continuerait d’être aussi accessible pour les médias.

M. Couillard a précisé que cette décision n’avait pas de lien avec la déclaration de mardi du ministre Yves Bolduc sur les fouilles à nu.

Pierre-Karl Péladeau ne s’est pas gêné, lui, pour commenter: «Bientôt, peut-être qu’ils ne répondront plus à la sortie du Conseil des ministres. Ça commence à ressembler de plus en plus au gouvernement Harper.»

Même son de cloche de la part du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault: «On peut le faire quand il y a un sujet délicat, mais de le faire de façon généralisée comme ça, c’est l’approche de monsieur Harper; contrôler le message. On fait ça quand on est inquiet.»

TC Media

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *