Crash d’un hélicoptère diplomatique au Pakistan : attaque des …

Les talibans pakistanais, en quête permanente de publicité, ont revendiqué comme une « attaque » ce crash survenu dans la vallée de Naltar, un secteur hautement militarisé où ils n’ont pas de présence connue, une revendication qui n’a été étayée pour l’heure par aucun autre témoignage. Ils ont affirmé avoir abattu l’hélicoptère à l’aide d’un missile air-sol, qu’ils utilisent rarement, dans une zone de l’Himalaya hautement contrôlée par l’armée pakistanaise.

Les autorités pakistanaises ont diligenté une enquête sur les causes de cette tragédie embarrassante pour la puissante armée, mais pointent en direction d’une « erreur technique » sans plus détails.

Les insurgés ont aussi affirmé avoir visé le Premier ministre Nawaz Sharif. Mais ce dernier ne se trouvait dans aucun des hélicoptères de la délégation,  selon des sources concordantes. « Cette revendication est complètement ridicule. Ce n’est pas possible, au  moins à Naltar », a déclaré une source sécuritaire. « Les forces armées sont  déployées dans et autour de cette vallée peu peuplée depuis au moins trois  jours. Les cimes des montagnes sont encore enneigées… D’un point de vue  stratégique, ça n’a aucun sens », a ajouté ce responsable.   Frontalière de la Chine, la région de Gilgit-Baltistan est l’une des plus  sûres et des plus immunisées contre les attentats de tout le Pakistan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *