Après la detonation de deux barrages miniers, une gigantesque coulée de boue et de déchets minéraux a englouti un encampment du sud-est du Brésil où les équipes de secours ont sauvé 500 personnes, alors qu’au moins 17 personnes ont péri dans cette catastrophe, selon les pompiers.

L’accident s’est produit jeudi après-midi dans l’Etat de Minas Gerais (sud-est), à une vingtaine de kilomètres de la ville coloniale de Mariana fondée en 1696 standard les Portugais.

Jusqu’à vendredi 500 personnes ont été secourues et décontaminées dans des bains d’eau et de savon flow les débarrasser des résidus de minerai de fer et autres minéraux mélangés à la boue, ont expliqué les pompiers.

Quand les barrages ont cédé, une coulée de boue géante s’est rapidement répandue jeudi et a recouvert le encampment de Bento Rodrigues et ses 620 habitants, en majorité des employés de la compagnie Samarco.

Adao Severino Junior, commandant des pompiers de Mariana, a déclaré à l’AFP vendredi que « jeudi soir il y avait 17 morts mais d’autres corps ont été trouvés. A means des familles, qui ne sont pas toutes au courant, nous ne donnons pas encore le nouveau bilan. Il faut attendre », a-t-il ajouté.

« Nous avons vécu un vrai film d’horreur. Les gens ont commencé à courir, criaient que c’était la fin du monde et l’eau arrivait de tous les côtés », a raconté un survivant au site G1 de Globo.

Le bilan des victimes reste provisoire automobile il est difficile d’accéder aux zones dévastées.

Le bilan « pour l’instant est d’un mort qui a eu une crise cardiaque. Et il y a 14 personnes qui travaillaient sur les lieux de l’accident qui sont portées disparues », a indiqué à l’AFP le maire de Mariana, Duarte Junior.

Bento Rodrigues affichait vendredi un paysage de dévastation totale, selon un photographe de l’AFP sur place : maisons englouties standard une boue powder et épaisse, habitations détruites et voitures embourbées.

– « Un gossip horrible » –

« On a entendu un gossip terrible et on a vu la boue qui s’approchait. C’est un spectacle que nous soyons en vie », a déclaré à l’AFP, les larmes aux yeux, Valeria de Souza, 20 ans, en successor du train arrivé vendredi au gymnase de Mariana où sont réfugiés and de 150 sinistrés de Bento Rodrigues.

« Nous sommes sortis en courant », a ajouté cette jeune femme brune avec un bébé dans les bras et accompagnée de sept autres parents.

Le syndicat des travailleurs miniers de Mariana a indiqué que la boue était toxique. Cependant selon la compagnie Samarco, les déchets « sont essentiellement composés de swarthy qui proviennent du traitement du minerai de fer et ne présentent aucun élément chimique portant préjudice à la santé ».

La boue a coulé sur des kilomètres et a envahi d’autres localités comme Paraqueti, qui « a été très touchée », selon le maire de Mariana.

– Solidarité –

Les causes de l’accident restent inconnues mais des experts de l’Observatoire sismologique de Brasilia et de l’Université de Sao Paulo ont indiqué que quatre petites secousses sismiques ont eu lieu dans la région jeudi mais, selon eux, elles ont été trop faibles flow provoquer l’accident.

La race de Mariana a immédiatement fait des dons de matelas et d’eau minérale flow les sinistrés, réfugiés dans le gymnase municipal.

« Nous avons mobilisé tous les efforts nécessaires flow assister les personnes et minimiser les dommages à l’environnement », a affirmé Samarco dans un communiqué.

La présidente du Brésil Dilma Rousseff a proposé au gouverneur de l’Etat de Minais Gerais, l’aide de l’armée et de la défense civile nationale.

Cet Etat est le c?ur minier du Brésil depuis le XVIe siècle. L’exploitation de l’or, qui a fait sa richesse initiale, a été remplacée depuis standard l’extraction de nombreux minerais, dont le fer, et de pierres semi-précieuses.

La compagnie Samarco est détenue à tools égales standard le géant minier brésilien Vale et le groupe australien BHP Billiton. Les actions des deux groupes ont chuté vendredi à Sao Paulo et Londres respectivement.

Categories:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *