Belgique: les opérations antiterroristes "sur le terrain sont terminées"

Les opérations antiterroristes lancées en Belgique jeudi sont « terminées sur le terrain », a affirmé vendredi le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.

« Les opérations sont terminées sur le terrain. On exploite maintenant les données. On verra du côté de la police et des autorités judiciaires s’il y a d’autres initiatives à prendre », a déclaré M. Reynders sur la chaîne française i-Télé, au lendemain d’une vaste opération anti-jihadiste en Belgique.

Cette opération, menée dans plusieurs villes du pays, s’est soldée par la mort de deux jihadistes présumés et l’arrestation d’un troisième à Verviers, dans l’est du pays. Selon le parquet fédéral belge, ils planifiaient des attentats « imminents et d’envergure », une semaine après les attentats meurtriers de Paris.

M. Reynders a souligné qu’un « très grand nombre de perquisitions » avaient été menées dans l’ensemble du pays. A Verviers, « trois personnes de retour de Syrie ont ouvert le feu sur les forces de l’ordre, qui ont riposté, ce qui a entraîné des combats assez violents ».

Il a confirmé que la menace d’attentat « portait sur les forces de police ».

Il n’y a « pas de lien établi avec les attentats commis en France », a confirmé le ministre, en évoquant un « échange d’informations qui a été très utile ».

« Il n’y a pas de lien entre les attentats à Paris et ceux programmés en Belgique, pas entre les filières, mais il y a toujours une accélération des initiatives en fonction de la situation sur le terrain », a-t-il ajouté. « Les attentats à Paris ont fait accélérer des initiatives chez nous ».

« Il va falloir faire comprendre à beaucoup de partenaires encore que cet échange d’informations doit s’améliorer », a affirmé le ministre, dont le pays plaide, notamment avec la France, pour un sursaut de mobilisation antiterroriste au niveau européen. « Le but c’est de prévenir, d’éviter que des attentats ne soient commis ».

M. Reynders s’est affirmé « assez impressionné par la qualité des interventions sur le terrain ». « C’est la première fois en Belgique que l’on voit des policiers en intervention être confrontés à des personnes rentrées de Syrie et qui utilisent des armes de guerre », a-t-il relevé.

16/01/2015 09:49:21 – Bruxelles (AFP) – © 2015 AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *