Année record d’abandons d’animaux à Montréal

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux de Montréal (SPCA) a accueilli un nombre record d’animaux abandonnés durant la période de déménagements. Elle en a reçu quelque 1915 entre le 1er juin et le 1er juillet.

C’est une année record par rapport aux deux dernières. En 2015, à pareille date, l’organisme avait pris sous son aile 1552 chiens, chats, lapins, oiseaux ou cochons d’Inde. En 2014, le nombre s’élevait à 1707.

«Ce ne sont pas des gens qui déménagent et se foutent de leur animal, laisse savoir Anita Kapuscinska, porte-parole de l’organisme. Au contraire, ils viennent le porter, car ils doivent choisir entre celui-ci, qu’ils considèrent comme un membre de leur famille, et un logement abordable.»

Trop de chats

Cette année, la SPCA est prise avec un nombre élevé de chats. «Pour chaque chien reçu, on en reçoit quatre», indique la porte-parole.

Lors du passage du 24 Heures, plusieurs personnes étaient présentes pour adopter un chat abandonné. Quelques-uns d’entre eux, comme Perla, Titine et Tigo, étaient dans leur cage et certains s’y tassaient à deux. Si certains étaient carrément couchés dans leur litière, d’autres ne levaient même pas le nez.

Dans la salle réservée aux chiens, les dizaines d’enclos étaient presque vides. On en trouvait seulement trois pour l’adoption. À la fin de la journée du 4 juillet, un d’entre eux était déjà parti dans une nouvelle famille.

Lors du passage du 24 Heures, les lapins et les cochons d’Inde n’avaient pas la cote. Personne ne venait pour s’en procurer un.

Transfert d’animaux

Déjà, le week-end dernier, des personnes se présentaient pour l’adoption, laisse savoir Mme Kapuscinska.

Si on inclut les animaux en familles d’accueil, donc non permanentes, on comptait un peu plus de 1100 animaux qui attendaient encore de trouver un nouveau toit, toujours en date du 4 juillet.

Il s’agit de beaucoup d’adoptions, mais également de nombreux transferts vers d’autres refuges, certains à l’extérieur de la province, pour gérer le nombre d’animaux.

«La situation change d’une journée à l’autre», précise-t-elle.

Trois fois plus

Le nombre d’animaux abandonnés triple durant la période des déménagements qui se déroule durant les mois de juin, juillet et août.

«C’est une situation vraiment triste pour beaucoup de familles, surtout à cause des clauses qui interdisent les animaux dans les baux résidentiels. Ce ne sont pas des animaux qui ont causé des dommages dans les appartements.»

La SPCA de Montréal indique également que si un foyer québécois sur deux possède un animal de compagnie, seulement 4,2 % des propriétaires de logements acceptent des locataires avec un chien. Cette restriction toucherait surtout les familles à faible revenu en raison de leur choix de logement plus limité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *