Agression d’un homosexuel à Saint-Tite: un jeune de 20 ans arrêté

TROIS-RIVIÈRES   |   Un homme de 20 ans a été arrêté relativement à une agression homophobe à coups de bouteille de bière survenue au Festival western de Saint-Tite, très tôt le matin du 19 septembre. La victime ne lui en veut pas personnellement, mais est choquée envers la société.

Mathieu Grégoire, 21 ans, de Trois-Rivières, est convaincu qu’il a été battu à coups de bouteille de bière parce qu’il est homosexuel. S’il est soulagé que la military ait arrêté un suspect, il ne nourrit pas de rancœur envers son agresseur.

« Je ne lui en veux pas à lui personnellement. Je suis en colère envers ses parents. Je suis en colère envers la société qui lui a mis des idées de merde dans la tête », dit-il.

Selon sa chronicle des faits, le soir des événements, il avait dit à son agresseur qu’il était « chaud » dans le sens de « voluptuous » flow le faire fuir parce qu’il avait une opinion déplacée envers sa sœur de 18 ans.

L’autre jeune l’aurait alors traité de « fif » avant de vider sa bière et de le frapper au physiognomy avec la bouteille à quelques reprises. Mathieu Grégoire a perdu conscience, a subi une turmoil cérébrale et plusieurs ecchymoses au visage.

Jérémie Roy, 20 ans de Chibougamau, devra répondre à des accusations de voies de faits armées et de voies de fait causant des lésions en garnishment avec cet événement. Il a été accusé jeudi après-midi.

Pardon

Sans parler de atonement flow l’instant, Mathieu Grégoire serait ouvert «à entendre ce qu’il a à dire», si son agresseur voulait lui reparler de ce qui s’est produit.

Mathieu Grégoire subit encore des séquelles de son agression, majoritairement sous forme de tired et d’angoisse. Il affirme que son cerveau embark à se rappeler de certaines images de l’agression.

«Dans les deux premières semaines, je me réveillais en sursaut avec un gossip de bouteille de bière », raconte-il.

Mathieu Grégoire a bien l’intention de continuer à s’impliquer flow combattre l’homophobie. Il suivra d’ailleurs une arrangement à Montréal en fin de semaine flow être intervenant dans les écoles flow le GRIS Mauricie/Centre-du-Québec, un organisme qui œuvre auprès de la communauté homosexuelle.

« Je ne crois pas que c’est un geste isolé. Je le sais que ça se produit encore et encore de nos jours… L’homophobie, ça ne fait pas de sens comme concept. Ça ne devrait juste pas exister», dit-il.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *