400 M$ pour la peinture du pont de Québec : « On aurait un peu l’air fou » – Jean-Yves Duclos – ICI.Radio

Le ministre a de nouveau fait valoir son point de vue au maire Régis Labeaume, lors d’une conversation téléphonique, dimanche. Le fédéral ne mettra pas plus que les 75 millions déjà sur la table pour la peinture de l’infrastructure.

Le ministre Jean-Yves Duclos responsable de la région de Québec.
Le ministre Jean-Yves Duclos responsable de la région de Québec.  
Photo : ICI Radio-Canada

Jean-Yves Duclos réitère que les coûts pour la peinture du pont estimés à 400 millions de dollars, qui devraient maintenant être payés par les fonds publics, seraient certainement mieux investis ailleurs.

« Il y a beaucoup d’endroits dans la région de Québec où cet argent aurait un impact considérable. J’entends parler du service rapide d’autobus, du train à grande fréquence, de la troisième voie entre Québec et Lévis. Des projets majeurs qui ont besoin d’infrastructures importantes », énumère-t-il.

Le ministre Duclos n’est pas fermé à l’idée de s’asseoir à nouveau avec les maires de Québec et Lévis, mais pour l’instant, aucune nouvelle rencontre n’est à l’horaire.

Le 3e lien, « une diversion »

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Le maire de Québec, Régis Labeaume  
Photo : ICI Radio-Canada

Le maire de Québec, Régis Labeaume, trouve la situation déplorable et accuse de nouveau le fédéral de ne pas respecter ses engagements.

Il rejette par ailleurs l’idée lancée par le député fédéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, d’utiliser les 75 millions destinés à repeindre le pont de Québec pour les investir dans un projet de troisième lien entre les deux rives du fleuve Saint-Laurent.

Selon lui, cette proposition vise à « faire diversion ». « Je trouve qu’ils sont en train de s’enfoncer complètement, c’est leur problème, mais essayer de faire du populisme avec le troisième lien et rapporter le 75 millions du fédéral là pour oublier le pont, c’est pas chic! »

Le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, croit que le dossier du pont doit être réglé comme promis par le fédéral et que celui du troisième lien entre les deux rives est complètement indépendant.

« Pour moi, c’est deux sujets complètement distincts. Il y a sur la table une promesse du gouvernement libéral fédéral de trouver une solution pour le pont de Québec. C’est un engagement ferme pour lequel ils devront aller de l’avant », dit-il.

Stéphane Thériault, directeur de la Chambre de commerce de Lévis, est du même avis. « Il n’y a personne qui va abandonner le dossier du pont, ça, c’est clair. Pour nous, c’est complètement deux dossiers distincts », dit-il.

Le maire de Québec, qui affirme avoir lui aussi pris le pouls du public face au pont de Québec, estime que le ministre Duclos joue sa crédibilité dans le dossier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *